La framboise du Web

‘L’objectif est de configurer un serveur web complet pour tester un plugin lourd pour WordPress.
Le plugin requiert des triggers qui ne sont pas acceptés dans des hébergements mutualisés, il faut donc essayer de façon plus autonome. La solution Public Cloud de OVH pose quelques soucis, même lors de la création d’une insatance installée automatiquement avec WordPress. En public Cloud, la sécurité n’est pas assurée et un gain de temps est possible en éliminant le contexte sécuritaire graĉe à un serveur auto-hébergé sur un RPi.

Le serveur Nginx est aujourd’hui préféré au serveur Apache, mais ici, nous utiliserons Apache.

 

Installation du serveur LAMP

Se connecter en SSH au RPI

ssh user@ip_raspberry_pi

Ensuite installer les paquets LAMP

MySQL Server est obsolète et est remplacé par MariaDB.

sudo apt-get install apache2 php7.3 mariadb-server-10.0 phpmyadmin

Pendant l’installation, il faudra reconfigurer certaines données:

Serveur web à reconfigurer automatiquement : apache2

Faut-il configurer la base de données de phpmyadmin avec dbconfig-common ? : Oui

Mot de passe de l‘administrateur de la base de données : Introduire un mot de passe

Essayer la connection à phpmyadmin dans le navigateur: localhost ou ip_du_RPI/phpmyadmin

Le login est phpmyadmin et le mot de passe celui introduit précédement.

On accède à l’interface de phpmyadmin mais ce user n’a aucun droit de création.

Si MariaDB Server n’est pas installé, il suffit de relancer la commande:

sudo nano /etc/dbconfig-common/phpmyadmin.conf

Ici on donne des droits à l’utilisateur « root » pour MariaDB

sudo mysql –user=root

Welcome to the MariaDB monitor. Commands end with ; or \g.
Your MariaDB connection id is 50
Server version: 10.3.22-MariaDB-0+deb10u1 Raspbian 10

Copyright (c) 2000, 2018, Oracle, MariaDB Corporation Ab and others.

Type ‘help;’ or ‘\h’ for help. Type ‘\c’ to clear the current input statement.

MariaDB [(none)]> DROP USER ‘root’@’localhost’;

MariaDB [(none)]> CREATE USER ‘root’@’localhost’ IDENTIFIED BY ‘un-nouveau-mot-de-passe’;

MariaDB [(none)]> GRANT ALL PRIVILEGES ON *.* TO ‘root’@’localhost’ WITH GRANT OPTION;

MariaDB [(none)]> Ctrl-C — exit!

Installation de la base de données WordPress

 On se reconnecte à MariaDB avec sudo mysql -u root -p[le_nouveau_mot_de_passe_]

Welcome to the MariaDB monitor. Commands end with ; or \g.
Your MariaDB connection id is 56
Server version: 10.3.22-MariaDB-0+deb10u1 Raspbian 10

Copyright (c) 2000, 2018, Oracle, MariaDB Corporation Ab and others.

Type ‘help;’ or ‘\h’ for help. Type ‘\c’ to clear the current input statement.

 

Création de la base de données appellée « wordpress »

MariaDB [(none)]> create database wordpress;

Création d’un utilisateur de la base de données avec tous les droits

MariaDB [(none)]> GRANT ALL PRIVILEGES ON wordpress.* TO « user »@ »localhost » IDENTIFIED BY ‘mot_de_passe’ WITH GRANT OPTION;

MariaDB [(none)]> Bye

Connexion à PHPmyAdmin

localhost/phpmyadmin dans le navigateur

Login : le user nouvellement créé dans la commande de MariaDB « GRANT ALL PRIVILEGES … »

Password: idem 🙂

Installation de WordPress

cd /var/www/html

Téléchargement de l’archive de WordPress et décompression.
Ensuite, suppression de l’archive.

sudo wget http://wordpress.org/latest.tar.gz

sudo tar xzf latest.tar.gz
sudo rm -rf latest.tar.gz

On donne les droits d’accès au fichiers

sudo chown -R www-data /var/www/html/wordpress

 

WordPress est maintenant installé et prêt à être utilisé.

http://localhost (ou ip du RPi)/wordpress

Une solution plus propre pour un site web unique est de déplacer l’ensemble du contenu du dossier « wordpress » dans le dossier /var/ww/html pour qu’il soit directement accessible avec localhost.
Mon idée étant de pouvoir travailler sur plusieurs versions d’un site, je vais renommer le dossier wordpress du nom du projet_version. Il suffit d’installer plusieurs dossiers wordpress (et de créer les db en lien avec eux) pour multiplier les projets sur une même machine. Un serveur mutualisé en somme. 🙂